Accueil du site > Questions IAE > L’Insertion par l’économique > L’IAE est-elle une "exception française" ?

L’IAE est-elle une "exception française" ?

Pas du tout !

  • Nombreux sont ceux qui, au sein de l’Union Européenne, agissent pour l’insertion par l’économique de personnes en difficulté sociale. Cet engagement se traduit, pour certains, par la conduite de projets transnationaux, appuyés par le Fonds Social Européen, pour d’autres par des actions locales. Afin de pallier à l’isolement de ces acteurs et au manque d’échanges, des réseaux se constituent.
  • Au niveau européen, il existe plusieurs réseaux avec différentes approches, on parle alors d’entreprises sociales par le travail (E.S.I.T.) ou de W.I.S.E. (Work Integration Social Entreprise) :
  • Le Réseau ENSIE (European Network for Social Integration Enterprises ) fédère des réseaux nationaux d’entreprises solidaires (exemple pour la France, le CNEI).
  • Certains réseaux européens regroupent des réseaux français d’insertion par l’activité économique dans des ensembles plus vastes comme European antipowerty network ou la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans abri FEANTSA.
  • Enfin, le réseau EMES (European Research Network) réunit des centres de recherche universitaires et des chercheurs individuels reconnus, dont l’objectif est de construire progressivement un corpus européen de connaissances théoriques et empiriques sur l’économie sociale et l’entreprenariat social. Le réseau, pluraliste tant par les disciplines impliquées que par les méthodologies adoptées, étudie les questions liées au "tiers-secteur".
SPIP | Se connecter | Plan du site | Mentions légales | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0 |